Potimarron

Potimarron
Provence

Le potimarron a un petit goût de noisette, ce qui en fait un légume aussi bon en salé qu'en sucré. Il est délicieux en velouté, en purée, gratin ou tout simplement rôti au four. Il aime les épices.

Plus de détails


3,95 € TTC

150

3769 pièces disponible

Programme de fidélisationEn achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 3 points de fidélité. Votre panier totalisera 3 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,08 €.


6 quantités 12 quantités
-5% -7.5%

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté:

Les potimarrons sont à l'origine une catégorie de Kuri kabocha créé au Japon à partir des Seiyo kabocha (courge Buttercup). Au Japon, on trouve des Kuri kabocha de nombreuses couleurs (bleu, noir, gris, blanc, rouge et orange). Certaines ont une forme plus ronde mais toutes ont une saveur très proche de notre potimarron.

Comme toutes les Cucurbita maxima (ainsi que les autres courges), il est d'origine américaine (le centre maximal de diversité des C.maxima se trouve dans les Andes) et n'a donc été introduit dans l’Ancien monde qu'après la découverte des Amériques par Christophe Colomb en 1492.

En l'occurrence, les kabochas (dont fait partie le potimarron) auraient été introduits au Japon par des navigateurs portugais en 1541, qui l'auraient amené avec eux à partir du Cambodge. Une autre hypothèse suggère que les Japonais auraient créé les kabochas à partir de courges qui viendraient de Chine.

Il fait partie des variétés sélectionnées en Extrême-Orient depuis plusieurs siècles, en particulier sur l'île septentrionale d'Hokkaido au Japon.

Son importation française est plus récente, elle a été un grand succès. Les variétés portant le nom commercial de "Potimarron" sont notamment : 'Uchiki kuri', 'Akaguri', 'Red kuri', 'Potimarron français'...

Son fruit a une forme de poire ou de toupie. Sa couleur est rouge à rouge brique ou même rose, bronze ou vert par mutation. Et si, en français, il a hérité d’un patronyme qui évoque un « petit marron », c’est bien parce que sa chair, naturellement sucrée, orangée et un peu farineuse, rappelle celle de la châtaigne, du point de vue à la fois de la saveur et de la texture.

  • * Vitamine C (mg/100 g) : 9
  • * Sodium (mg/100 g) 1
  • * Protides (g/100 g) : 1
  • * Potassium (mg/100 g) : 340
  • * Lipides (g/100 g) : 0.1
  • * Glucides (g/100 g) : 6.5
  • * Fibres (mg/100 g) 0.5
  • * Calories (kcal/100 g) : 26
  • Intérêt nutritionnel : Le potimarron est très riche en oligo-éléments (phosphore, calcium, magnésium, fer, potassium, silicium, sodium...), en acides aminés, en acides gras insaturés, en amidon, en sucres naturels et en carotène.
  • Nutriment(s)-vedette(s) : Comme les courges, le potimarron est bourré de vitamines et d’oligoéléments, et contient du carotène. Un véritable allié nutritionnel et gastronomique.
  • Santé : Peu calorique, le potimarron est riche en pro-vitamine A ou béta carotène, indispensable à la peau, aux tissus et à la vision. Il est aussi source de vitamine C, pour le tonus et la vitalité.
  • Complément d'information : Au pays du soleil levant, où le kabocha fait quasiment figure de légume national tant il est apprécié, on aime surtout jouer sur sa texture fondante, qui devient la base de succulents fondants et autres cheesecakes. Essayez d’en faire des confitures, et vous serez définitivement conquis.
  • Comment me préparer ? Couper le potimarron en quatre, à l’aide d’un grand couteau. Plus le potimarron est jeune, et plus le couteau aura des chances de glisser. Ôter les graines, à l’aide d’un couteau ou d’une petite cuillère. On peut récupérer ces graines pour les faire griller, et les déguster comme les graines de courge. Sans l’éplucher, placer les morceaux de potimarron dans une cocotte ou une grande casserole, avec l’équivalent d’un grand verre d’eau. Cuire à l’étouffée sur feu moyen pendant 20 mn environ. Vérifier à l’aide d’un couteau que la chair est bien tendre. Laisser tiédir. Il est alors simple comme un jeu d’enfant d’enlever la peau, si on le souhaite. Il suffit de l’accommoder et opter pour du sucré ou du salé !
  • Comment me cuisiner ? Une fois réduit en purée, incorporez-le dans une terrine au fromage et aux pignons de pin, ou bien faites-en la base d’une délicieuse farce qui viendra garnir des feuilles de bricks croustillantes. Excellent prétexte à de décadents gratins ou soufflés, notre ami le potimarron peut également être crumblisé à loisir, ou servi sous forme de quiche ou de tarte, sans lésiner sur les épices (curry, muscade), qui lui vont si bien au teint. Sa chair naturellement goûteuse et sucrée fournit, une fois cuite et réduite en purée, une base exceptionnelle pour de moelleux gâteaux et brioches. N’hésitez pas à l’accommoder avec force épices (cannelle, gingembre) et sucre complet (son goût réglissé lui sied à merveille).
  • Comment me consommer ? Il peut être consommé cru, accommodé d’une simple vinaigrette. On profite ainsi pleinement de toutes ses qualités gustatives et nutritionnelles. Vous pouvez également l’utiliser en remplacement des carottes râpées dans le carrot cake. Dans ce cas, il faut effectivement passer par la case épluchage à cru… Coupez son chapeau et ôtez les graines à la petite cuillère, avant de le cuire au four pendant une trentaine de minutes. Vous pourrez le garnir d’une farce aux champignons et/ou au fromage, ou bien d’une variante charcutière aux lardons fumés. Voire même l’utiliser comme plat de service, garni d’un délicieux velouté.
  • Comment me conserver ? Conservez-le, si possible, dans un endroit bien sec, à l’abri de la lumière – il peut, ainsi, se conserver pendant des semaines, voire des mois, sans perdre de sa saveur (Plus le fruit est conservé dans une cave sèche, plus ses teneurs en vitamines et en sucre augmentent avec le temps). Evitez de le mettre au réfrigérateur. Si vous le conservez très longtemps, évitez de consommer la peau, qui devient dure.
  • Comment me choisir ? Pour le choisir, optez pour un potimarron plutôt lourd, à la peau lisse et sans tâches.
  • Astuce : La différence avec les autres courges est que l’on peut en manger la peau lorsqu’elle est bio. Il est très apprécié car il est facile à préparer (pas besoin de le peler) et parce qu’il est petit. À la question « puis-je remplacer du potimarron par de la courge ? », la réponse est non. D’abord, ils n’ont pas la même saveur. Ensuite, ils n’ont pas la même consistance : la courge est trop aqueuse et souvent pas assez farineuse pour être une alternative heureuse au potimarron dans les recettes.
  • A quel moment me consommer ? Disponible de septembre à mars, avec un pic de production en novembre.

Panier  

(vide)

Newsletter


Voir un exemple de newsletter

commande par telephone

groupez vos livraisons

Nouveaux produits

Aucun nouveau produit à l'heure actuelle